Naheulbeuk Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -29%
-29% Ecran PC 32″ LED AOC (Dalle VA – 75 ...
Voir le deal
189.91 €

Père Myrt'

3 participants

Aller en bas

Père Myrt' Empty Père Myrt'

Message par Noxine Jeu 06 Juil 2017, 03:38

BackGround:
Un jour d'automne, alors qu'il parcourait un bosquet voisin en quête de champignons, il tombât nez à nez avec un Orque massif et velu (il s'agissait en fait d'une demoiselle Orque appelée Framboisine de par l'habitude qu'elle avait à s’écraser des baies sur le torse pour sentir bon ... et accessoirement attirer les guêpes) et ce qui frappât, de prime abord, Augustin, fut un puissant revers d'une main grasse et boudinée qui le fît voler sur trois bons mètres. Un peu sonné et la cheville foulée, Guguss' était clairvoyant malgré tout, ce n’était pas armé d'un couteau à champignon et d'un panier en osier qu'il pourrait faire quelque chose et tenter de fuir serait peine perdu. Mais que faire alors qu'une massive masse moche muée d'une mauvaise et maussade force d'une mégère médiocre et méfiante (répétez-le dix fois rapidement) se prépare à lui ôter la vie ? Il se trouve que notre hardi bonhomme se mit alors à la complimenter, trouvant tour à tour le demoiselle coquette, sentant bon les fruits compotées et moisis, et autres fariboles qu'un enfant de 6 ans n'aurait pas cru. Quoi qu'il en soit, Framboisine hésitât et après une longue réflexion d'au moins 3 secondes et demi, elle chopât la jambe de notre malheureux et le trainât loin des regards.


C'est ainsi que disparût Guguss' ... enfin, selon le village qui n'entendît plus parler de lui pendant plus d'un an, il fallu cependant bien moins de temps aux habitants de Boulgourville pour piller et vendre sa petite demeure, trois jours pour être exact.
La vérité était pourtant bien plus sombre, Augustin avait bien réussit à sauver sa vie mais à quel prix ? il était désormais séquestré dans une caverne à la fois loin de la ville et du campement de Framboisine et subissait mille outrages que la moral et le jeune âge du public ici présent me refuse de communiquer. Dés lors, les saisons se succédèrent et Augustin regretta amèrement son choix, bien que Framboisine ne soit pas foncièrement mauvaise, il se mit à avoir des idées morbides, préférant mourir que de continuer à ainsi (exactement comme n'importe quel homme après mariage en fait), sauf que voila, les Dieux ont parfois un étrange sens de l'humour et comme dirait Slanoush "A force de jouer avec le chat, on fini par être griffé" et c'est ainsi que de ces relations forcées et contre-natures naquît "Myrtille", un petit gaillard aux beaux yeux rouges sang ... oui, faut être connaisseur pour apprécier ... ou Orque !
Framboisine et Augustin étaient complétement bouleversés, pour des raisons quelques peu divergentes cependant mais de tout malheur peut naître de bonnes choses. Framboisine, ne pouvait se résoudre à l'idée que son enfant vive caché et dans le même temps, elle savait qu'il ne survivrait pas un mois chez les Orques. C'est donc déchirée qu'elle implora Augustin de veiller sur lui, de s'en occuper et de l’éduquer ... sinon, elle se chargerait de l’étriper de la plus horrible des manières. Curieusement, Augustin ne ressentit pas le besoin qu'on lui force la main, ce petit bout de vie qui gigotait dans le creux de ses bras en lui croquant les doigts faisait germer en lui un instinct paternel puissant et fier.
C'est donc ainsi qu'à un printemps naissant, il retournât à Boulgourville libre et heureux. Bon, le village l'accueillant de manière plus que mitigé ... non mais plutôt bien en fait, si,  ... bon "moyen plus" alors, enfin bref, les gens du village lui suggèrent avec insistance à vivre confortablement au calme à l'extérieur du bourg, loin quoi ... c'est attentionné non ?


Toujours est-il qu'Augustin fît un très bon père pour Myrtille qu'il appelait plutôt "Myrt" parce qu'il n'avait pas eu trop le choix du prénom et que Myrtille ça craint du boudin quoi ! non mais franchement quoi ... pourquoi pas "Cassis" non plus ? Et c'est donc avec beaucoup de patience et d’abnégation, que ce brave Guguss éduquât son fils car contrairement a ce que pensent certains "bas-de-plafonds", un demi-Orque est loin d'être un abruti fini et le sang humain qui coule dans ses veines peut faire de véritable prodige ... mais bon, on sent bien le coté Orque aussi, ne nous leurrons pas. Myrt' grandît donc dans l'ombre et les traces de son père, apprenant doucement les us-et-coutumes humaines, la politesse, le savoir-vivre et surtout à maitriser son comportement et sa bête intérieure. Augustin s’était donné pour but ultime d'intégrer Myrt' dans la société humaine tout en restant un père juste, attentionné et plein de bons conseils. On dit même que Framboisine fut aperçue rodant à proximité de la petite cabane, surement pour voir de loin son fils et s'assurer qu'il aille bien, toujours est-il qu'on ne sût jamais vraiment ce qui advint d'elle.

Adulte, Myrt' devint un grand et costaud gaillard, vouant une véritable admiration pour son père et tâchant de lui ressembler, de lui faire plaisir et surtout qu'il soit fier de lui. Cependant, la cohabitation avec les villageois n'est pas toujours facile à cause des préjugés, bien que l'hostilité ait fait place à la méfiance, Bourgoulville a prit l'habitude de voir Guguss' et son fils travailler et aider ensemble et inséparablement comme la tête et les jambes. Et si l'aide et le travail du duo est fort apprécié, les rares éclats de rage de Myrt' mettent du temps à s'oublier, il reste et demeure un fils d'Orque, il en a bien conscience et ça le pèse beaucoup, ainsi Myrt' apprécie le calme de la cabane.


Au crépuscule de sa vie, Augustin a de quoi être fier de Myrt'. Il est travailleur, bien élevé, capable de raisonnement, possède une excellente expression orale (pour un Demi-Orque), il maitrise même les rudiments de la lecture bien que l’écriture soit un échec total. La maitrise de soi reste malgré tout une demi-réussite car s'il est impossible pour Myrt' de contenir sa colère, la distribution de baffes se fait toujours dans le respect de la personne humaine et la dignité. D'ailleurs, bien souvent la personne en cause s'excuse platement "Ve Fuis deVolé de Fous aFoir traité de Fale Orque qui pue". Car en effet, si les colères de Myrt' sont mémorables elles ne sont jamais innocentes, disproportionnée donc mais légitime ... légitime s'il n'y avait pas sa double conditions. Mais ce soir, Myrt' pleure à chaudes larmes du haut de ses 43 ans, Augustin se meurt et lègue à son fils ses derniers conseils, ses derniers espoirs, ses derniers remerciements. Il lui dit combien il est admiratif et heureux de ce qu'il est devenu, il lui répète qu'il faut qu'il continu a se sociabiliser et à travailler sur lui et enfin, il lui dit qu'il regrette de ne l'avoir pas suffisamment pousser à être indépendant et autonome. S'en suit un long silence, des pas lourds, un claquement de porte puis un long cri rauque et déchirant à faire taire la terre.
Le matin est calme et tranquille, un carré de terre fraichement retournée à l'ombre d'un arbre à proximité de la cabane indique la présence du corps d'Augustin. A coté, un fils à genou, le regard dans le vide, sans but, sans raison de vivre, sans personne à qui plaire. Les années qui suivirent marquèrent un changement dans le comportement de Myrt', plus sombre, moins loquace, il continue de rendre services aux villageois et à travailler avec acharnement mais se rend moins souvent en ville et peut rester en ermite pendant des semaines dans son cabanon devenu délabré. Dans le village, des rumeurs disent que sans le père, la bête va prendre le pas sur l'homme. Pourtant il en est tout autre, Myrt' parle beaucoup, seul, en foret, dans les plaines ou chez lui, comme pour entretenir sa diction ou simplement pour se sentir moins seul. Chaque soir il feuillette ce même vieux livre "Le jardin en toutes saisons", Myrt aime beaucoup ce livre, il y a beaucoup d'images. "La ... Fffleee-uur ... Pou-sssssseuh ... Dans les ... Che-amppps" dit-il en s'appliquant tout en soulignant les mots du bout des doigts. Myrt' Sourit ...


C'est à l'aube d'une banale journée que tout va se bousculer. Myrt' était en train de décharger le chariot d'un marchand de passage à Boulgourville quand une femme terrorisée hurlant déboula sur la place. Tandis que quelques badauds se précipitaient vers elle pour l'aider, une escouade de gardes chargeaient à pas lourds vers l'extérieur de la ville. Pas de quoi interrompre le travail et il fallut attendre que les informations se répandent pour savoir de quoi il retournait.
"Un Monstre aurait investi une chaumière isolée à l'orée du village, la garde est arrivée trop tard, la bête était déjà partie laissant les corps mutilés et à moitié dévorés. Toute une famille ... vous vous rendez-compte ? la voisine à tout vu, elle ne s'en remettra jamais ..." et très vite le bourg ne parle plus que de ça, il faut dire qu'il n'y a pas souvent d’événement par ici, à part quelques aventuriers de passage qui saccagent la taverne après avoir trop bu, il n'y a guère que la fête du Potiron pour égayer la ville. Il n’empêche que le soir, Myrt n'en mène pas large dans sa cabane, lui aussi est isolé et si la "bête" revenait ? Pour se rassurer, il se mit à cherche de quoi se défendre ... un couteau à champignons peut-être ? non ... une chaise ? pas mal ! ah mais non ! mais voila ce qu'il faut, la masse de chantier qu'Augustin avait obtenu lors de la rénovation des routes proches de la ville, quel souvenir, il revoit son père incapable de manier l'outil alors qu'il devait concasser les rochers pour préparer les pavés. Pourtant, Myrt' la jauge, la soupèse, elle lui convient. Un large et long manche de bon bois rehaussé d'un gros bloc difforme de fer rouillé ... c'est parfait ! Parfait pour s'endormir, la masse à Papa ... Parfait !


Le lendemain, le village est tendu, la bêêête ! c'est le seul mot qu'il y a aux lèvres de la populace et Myrt' qui se rend place du village sent bien cette tension légitime, ces regards sur lui, ces chuchotements, ces messes-basses ... Pouah !
Sur la place, le calme n'est toujours pas revenu, notre Demi-Orque se noie dans le travail pour balayer son stress mais rien n'y fait, il sent la foule, il sent les doigts qui pointent sur lui.

- "HEY l'Orque, t'aurais t'y pas une idée sur s'qu'est arrivé hier ? Hein l'ORQUE !"
- "Wéé ! p'tet même que t'as vu qu'ek-chose ? t'as même p'tete vu la bête ?"
- "C'est vrai ça, entre monstres ... vous d'vez vous comprendre !"

C'est étrange, Myrt à beau avoir la cinquantaine maintenant, il ressent quelque chose qu'il n'a jamais ressenti auparavant, une sorte de feu intérieur, une rage, comme si tout ses sens Orques étaient en éveils et tandis que le sang frappe ses jugulaires et bat ses tempes, une odeur ... le sang ... l'odeur du danger. Se ressaisir, se maitriser et tandis qu'il cherche l'image de son père, son esprit se brouille et la rage l'envahit.
- "Hola hola ! Tout doux ! Myrt a travaillé pour moi tout le matin, c'est point possible que ce soit vot' bête" s'exclama le marchand !
- "Mais c'est un Orque !"
- "Comment tu peux dire ça Anthus, c'est lui qui retourne ton champs chaque année, comme il retournait le champs de ton père et comme Guguss' retournait celui de ton grand-père avant lui"
- "Et toi, Pleitar ? T'oublies que c'est Myrt qui a changé ton toit après l'orage"
- "Pouaah ! tu dis ça parce qu'il a soi-disant retrouvé ta fille dans la foret, qu'esss t'en sait que c’était pas pour la manger ?"
- "Oué, c'est un monstre ! faut l'bruler !"
Tandis que les gardes tentent de calmer la foule qui grossit à vue d'oeil, un d'eux empoigne le bras droit de Myrt' et le tire vers lui
- "Désolé Vieux, mais pour calmer la ville vaudrait mieux qu'tu suives ..."
Avant même que la phrase soit achevée, Myrt' se dégageât de l'emprise d'un mouvement violent à deux doigts d'arracher le bras du Garde tandis que de son poing gauche, il balança un bel uppercut suffisant à assommer à bœuf. Les deux pieds campés sur le sol, les poings fermés, Myrt faisait désormais face à la foule muette qu'il dévisageait de ses yeux rouges de haine, un long grognement sourd filtrait entre ses crocs serrés.
le silence ...
- " ... La bête ! " Le petit mot roulait sur les gens, les murmures devenaient torrents, les armes d'Hast de la garde pointaient le Demi-Orque, les gens cherchaient hâtivement un petit quelque chose pour se battre, les fourches se levaient, parfois des bâtons ou de simples cailloux. - "LA BÊTE ! C'est la bête !"
Bien que la rage soit intacte, il y avait aussi l'instinct animal ou la raison de l'homme qui appelaient Myrt' à fuir et d'un bond (enfin, à peu prés, mais ça fait classe !) il passa au dessus du charriot et s'enfuit vers une large rue.
- "ATTRAPEZ-LE ! C'est la bête !", derrière lui résonnait les armures de la garde et les pas gauches des villageois. En courant, Myrt' ressentait une étrange et nouvelle sensation, il n'avait pas peur, au contraire, il se sentait vivant, galvanisé, léger, fort, puissant, presque invincible ... mais traqué. Il tentait de réfléchir, les images fusaient devant ses yeux tandis que volait tout ce qui se dressé devant lui, SPROTCH la poule, CRACK l'étale, KAÏ le chien, OUAHOUUAAAAAHHHH le p'tit vieux !


"LE TEMPLE", dans un flash, il entendit son père lui répéter : "LE TEMPLE" ... mais oui, le temple ! Le temple du Grand Barbecue, celui ou Augustin allait souvent donner la main bénévolement, le temple qui sent si bon, le temple ou les prêtres sont les seuls personnes qui appelaient son père "Monsieur Augustin" et non pas "Guguss" ... le temple bienveillant dans lequel on ne l'a jamais considéré comme un sous-homme. Et hop, la ruelle de Droite, Myrt fonce, "pardon Madame", Oops ! Plus vite, ce n'est plus très loin ... Oui, voila, le temple est en vue, vite ...passer la porte, à gauche, traverser la cour ... vite ... vite !
Brisant le silence, Myrt déboule dans la Grand Salle, trébuche et glisse à genoux devant les prêtres en hurlant :
- "ASIIIIIIILE !"
Une poignée de secondes plus tard, la garde arrive halletante
- "Qu'est ce que cela signifie ?" tempesta le grand Prètre d'Adathie
- "Hola, grand Prètre, ... Pff pfff ... livrez-nous la Bête ...pff pfffff ... Oh putain, j'crois que j'vais vomir ..." répondit le chef de la Garde en reprenant son souffle
- "Ce n'est pas moi, je travaillais pour le marchand pendant l'attaque" implora Myrt
- "Silence Demon !" hurla le Garde en sortant son épée, "je viens accomplir la justice, une famille entière a été massacrée, un garde et des villageois blessés pendant ta fuite ... seuls les coupables fuient !"
Alors que le garde s’avançait, le grand Barbecue se mit à grésiller violemment en projetant des morceaux de charbons incandescents aux pieds du militaire forcé de reculer.
- "Il suffit !" s'exclama le prête "Ceci déplaît à Adathie. Le village est aveuglé par la colère et la haine, vous cherchez un coupable à tout prix pour épancher votre soif de sang et vous jetez votre rage sur le Demi-Orque du village qui a tant œuvré pour notre communauté. Ce n'est pas justice que de massacrer un Innocent. HORS DU TEMPLE, SOLDATS !"
- "Prêtre, vous commettez une grave erreur, quand à toi, l'Orque, on t'attend ..." et sur ces mots, les Gardes s'effacèrent avec la populace grondante.
Après quelques instants, le grand Prêtre posa sa main sur l'épaule de Myrt' un court instant avant de s'effacer
- "Adathie a un œil sur toi, tu seras donc en sécurité ici le temps que l'on résonne la population. Prions pour l'on retrouve la bête et que Justice soit faîte. Père Flippon te donnera une chambre, reposes-toi maintenant, cela est juste et bon"


Le soir, Myrt' a bien du mal à trouver le sommeil, déjà parce qu'il dort dans un lit ! ça ne lui était jamais arrivé, ça lui rappelle les siestes dans le foin, c'est bizarre, c'est tout mou, ça grince un peu ... et puis il a les pieds qui dépassent. Ensuite, c'est aussi parce qu'il ne comprend pas pourquoi Adathie s’était interposée, n’était-il pas un monstre ? était-ce ça "la justice du coeur" dont lui parlait son père ? tellement de questions se bousculaient, demain est un autre jour, il faudra en parler avec un prêtre.
Au matin, Myrt ayant raté son jet de volonté contre la couette et l'oreiller découvrit la grasse mât' (ce qui est totalement inutile donc parfaitement indispensable) et ce n'est que vers Midi qu'il se joignît au repas de la communauté, il pût alors poser ses questions, les prêtres n’étaient pas avares de réponses mais la seule chose que Myrt en tira c'est que c’était bien compliqué et qu'il faudra du temps pour l'assimiler. Et du temps, Myrt va en avoir, les mois se succédèrent et un accord de bon procédés s’était installé entre le temple et le Demi-Orque, il ne lésinait pas sur le travail et les tâches tandis le temple assurait le gîte et le couvert, de plus, sa présence imposante était parfois utile pour régler des petits conflits, tout le monde y trouvait son compte. Myrt se sentait incroyablement à l'aise et appréciait la justesse des membres qui ne le jugeaient jamais, tant et si bien que jamais il n’eut l'occasion de se mettre en colère même lors des rares visites de la Garde qui réclamait qu'on le livre. Myrt assistaient aux messes, aux jugements de la court, aux leçons de Théologie et avait particulièrement sympathisé avec Père Flubbert, un bon vivant doté d'une grande patience qui répondait à ses questions, éclaircissait des points mal compris et qui veillait à ce qu'il assimile bien les règles de vie du temple.

- "Tu vois Myrt, la justice du coeur était propre à ton père, ce Brave Augustin était un homme foncièrement bon et son jugement suivait une logique propre à lui-même. Alors certes, il pouvait être juste dans bien des cas mais la bonté peut fausser le jugement, on appelle ça le parti-prit et c'est incompatible avec l’impartialité que réclame Adathie. Être juste, c'est faire un choix sur les faits, indépendamment des forces en présence ... tu comprends ?"
- "Rien du tout ... pourquoi papa ferait un mauvais jugement alors qu'il est bon ?"
- "A cause du parti-prit, si ton père protège un ami qui a mal agît, il le fait par bonté d'âme, par générosité mais il est injuste de le soustraire à ses responsabilités. C'est comme si un malheureux, pauvre et gentil orphelin affamé vol du pain à un vil, fourbe et cruel Boulanger qui refuse de lui en donner gratuitement ! Selon toi, qui est le coupable ?"
- "Le boulanger parce qu'il est méchant !"
- "Perdu !" s'exclama Père Flubbert en frappant Myrt d'un coup de cuillère en bois - "tu ne dois pas te laisser influencer par le bien et le mal, qu'importe qu'il s'agisse d'un orphelin, qu'il soit malheureux, gentil ou affamé, tout comme on se fiche que le Boulanger soit cruel et méchant. Il s'agit d'un vol ! le vol c'est injuste. Après, ch'us d'accord qu'il serait juste que le Boulanger lui donne un morceau de pain mais rien ne l'y oblige. Un vol, c'est un vol ! épiçétou !"
- "Aaahhh ... c'est pour ça que vous m'avez protégé des gardes, même si je suis un monstre, je reste innocent"
Le père Flubbert frappa de plus belle Myrt de sa cuillère - "Tu n'es pas un monstre !"
Myrt frotta son crâne endolori - "OUCH ! ce n'est pas juste de me frapper"
- "Je te corrige parce que tu dis des bêtises, tout ce qui est bon n'est pas forcement juste par contre, tout ce qui est juste est bon. La justice n'est pas simple, parfois elle se base sur l'égalité, parfois sur l'équité et même ni l'un ni l'autre. Il ne faut pas être manichéen, la justice revêt souvent plusieurs visages et face à un problème, il y a souvent plusieurs solutions de justes"
- "Manikai-hein ? Roh lo lo ..."
- "Prenons un exemple, imagines un groupe de trois aventuriers se faisant attaquer par des bandits, face à l'agression, l'un des aventurier, le mage, s'enfuit et se mets à l'abri. L'autre, archer de son état, attaque mais rate toutes ses tirs, enfin le dernier, un guerrier, est efficace et terrasse à lui seul tout les ennemis. Au moment du partage du butin, un désaccord éclate et tu dois gérer le conflit. Comment repartis-tu la somme entre les trois aventuriers ?"
- "Huuuum ... l'argent doit aller au Guerrier parce qu'il a tout fait tout seul" murmura Myrt en se protégeant la tête.
- "Oui, c'est un choix juste et équitable mais la somme aurait aussi pu être partagée entre l'archer et le guerrier, après tout l'archer a participé au combat, il a assumé sa part de responsabilité avec les risques qui vont avec, il a fourni autant d'effort et de courage que le guerrier et ça doit aussi être récompensé"
- "Oooh ... je vois"
- "Et si le groupe avec un accord qui stipule que le butin doit être partagé en trois parts égales, alors il est juste de tenir promesse et de repartir la somme de manière égale quelque soit l'implication des parties ... par contre, il serait judicieux que le Guerrier remette l'accord sur la table après ça, AH AH AH  !"
- "Rho lo loooooo ..."


Bref, une courte année s'écoula au sein du temple avec les migraines qui vont avec d'ailleurs quand Myrt fut convoqué par le grand Prêtre d'Adathie.

- "Myrt', j'ai a te parler" dit très solennellement le grand Prêtre - "Ce n'est ni simple à dire, ni agréable à entendre mais nous avons deux grands problèmes vis à vis de ta présence ici. Le premier est que tu bénéficies de tout les égards et avantages des prêtres sans en avoir les responsabilités et ceci bien que nous apprécions et bénéficions tous des colossales aides que tu nous apportes. Tout le monde ici t’apprécie énormément, sois-en certain ! Mais la situation n'est pas normale et ne peut s’éterniser. L'autre point est que la fréquentation du temple diminue et nous déplorons la défection de quelques fidèles. Comme tu le sais, l'attaque du monstre n'a jamais été résolue, notamment et stupidement parce que la ville et sa garde n'a jamais vraiment enquêté, depuis tout ce temps, ils restent persuadés de ta culpabilité quelque soit les sermons et les tentatives de leurs faire recouvrer la raison. Ainsi, la réputation du temple se dégrade ... ce n'est plus tenable. Myrt', je suis navré mais tu ne peux rester ici"
- "Voyons, vous savez bien que je serais mort sitôt que je serais dehors, vous ne pouvez pas m'abandonner comme ça !"
- "Calmes toi Myrt', il n'a jamais été question de te livrer à ces bourriques. Notre objectif est de te faire sortir de la ville et de te mettre en sécurité ailleurs ou tu pourras commencer une nouvelle vie, libre !"
- "Et si je deviens Prêtre ? je pourrais rester ici ?"
- "Toi ? Prêtre ? tu n'es pas sérieux ... voyons, tu es ... enfin, tu vois ... ce n’est pas possible"
- "Parce que je suis Demi-Orque ? Qu'importe mon dévouement, mes aptitudes, mes qualités ... mon origine seule justifierait donc l'impossibilité d'essayer ?"
- "ça ne changerait rien Myrt, même Prêtre tu seras obligé de partir, d'une part pour le bien du Temple et d'autre part parce qu'il t'incombera de parcourir la Terre de Fangh afin de répandre la Parole Divine d'Adathie comme chacun d'entre nous l'a fait ici auparavant."
- " ... mais je ... je ne sais pas quoi faire, je n'ai pas de but, pas d'utilité ... ne m'abandonnez pas ... pitié"
- "Nous n’abandonnons personne mais tu dois vivre pour toi-même, tu dois embrasser ta destinée et trouver ta voie."
- "Laissez moi essayer, je veux devenir Prêtre !"
- "Tu ne cherches qu'à gagner du temps Myrt mais soit ! Après tout, tu auras des épreuves à passer et si tu en es digne, alors je n'ai aucune raison de m'y opposer. Ceci dit, que tu réussisse ou non, tu partiras"
- "Oui, je le promet ..."

A SUIVRE .../...

Descriptif:
A l'intention des MJ:
Fiches de personnage:


Dernière édition par Noxine le Jeu 06 Juil 2017, 19:38, édité 1 fois
Noxine
Noxine
Aventurier

Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 29/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Père Myrt' Empty Re: Père Myrt'

Message par Nezach Jeu 06 Juil 2017, 10:06

Super Background

─────────────────────
Une Ranger: Nithra
Une Voleuse: Nyka
Une Sbire: Julia
Une Paladine: Kaliba


C'est parce que le sorcier stagiaire a mis le feu dans l'escalier a cause de la presence de cette babouche verte qui n'avait l'air de rien donc c'est pas ma faute.
Nezach
Nezach
Aventurier

Localisation : Braine l'Alleud Belgique
Date d'inscription : 26/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Père Myrt' Empty Re: Père Myrt'

Message par Pond Jeu 06 Juil 2017, 10:22

Bonjour, 


Je rappelle que les réponses inutiles à l'avancée technique d'une fiche sont considérées comme flood et sont donc modérables. Je vous invite à bien relire les règles de cette section :
https://www.naheulbeuk-online.org/t5233-regles-du-grand-livre-des-fiches-de-personnages 

Bonne journée Wink 

─────────────────────
Père Myrt' Dru310

"Ah... ah ! ah ! Les cartes se mettent à parler"  - Drusilla

Propriété de la sainte Roberta, souveraine des feminazguls et de l'ordre du Bescherelle. Gloire à la Reine ! Sacrifions les kékénazguls en son nom ! Ô vive la reine ! 
Pond
Pond
Modération

Localisation : Perdu
Date d'inscription : 06/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Père Myrt' Empty Re: Père Myrt'

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum