Légendes Fanghiennes

Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Légendes Fanghiennes

Message par Lewon le Lun 07 Aoû 2017, 13:35

"Pour un aventurier entrant dans la légende,
999 autres finissent sur un pic à l'entrée d'un donjon
"
Alphonse Vrotenpeau, instructeur à l'Ecole d'Aventures de Glargh

Chers Fanghiens,
Suite au sondage sur les personnages de plus haut niveau, nous découvrons qu'il existe dix légendes arpentant les terres de Fangh en brandissant fièrement leur certificat de niveau 10. Je vous propose de découvrir ici les portraits de ces héros qui entreront dans les manuels d'histoire.
Si vous êtes joueur d'un personnage de niveau 10 ou plus, je vous invite à vous signaler ici avec un lien vers la fiche à jour du personnage en question. Je viendrai ensuite vous interviewer (interview RP du personnage, et HRP du joueur) et rédigerai un article.
D'un point de vue rôliste, l'idée est également de voir si le JDR Naheulbeuk propose des ressources pour challenger des personnages de si haut niveau; et éventuellement de réunir ces personnages dans un scénario sur mesure pour une partie de légendes.
Pour prouver que tous les aventuriers ne sont pas des baltringues,
Bertrand Rondebrioche, historien et président du syndicat des aventuriers


Dernière édition par Lewon le Jeu 10 Aoû 2017, 11:11, édité 3 fois

─────────────────────
Lewon
Lewon
Légende

Localisation : centre de détention psychiatrique
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Re: Légendes Fanghiennes

Message par Lewon le Jeu 10 Aoû 2017, 00:47

Entretien avec une Légende – numéro 1
Ninel est ingénieur de niveau 10 et sa sœur Thaélia est magicienne de niveau 11. Rencontre à Glargh.

BR : Merci d’avoir accepté ce double « entretien avec une légende ». Pour commencer, où sommes-nous ? Cette taverne a l’air singulière…

Thaélia : C’est parce que ce n’est plus une taverne ! Nous avons racheté le bâtiment et avons fondé la guilde « Bord d’Arcane » avec des compagnons d’aventure. Ici, c’est l’espace réservé aux membres. Juste derrière vous, il y a l’espace clients, avec le bar et la scène d’entraînement.

Ninel : C’est moi qui ait fabriqué l’insigne sur la devanture ! Les deux gnomes gravés sur la pancarte représentent le voleur et l’ingénieur gnomes qui habitent le grenier.

BR : Quelles ont été vos motivations pour partir à l’aventure ?

Ninel : Mon papa, Onoric, cherchait des idées et des pièces pour un projet. Alors je suis partie à l’aventure et je les lui ai ramenées. Et nous avons construit ça ensemble ! (elle sort un objet de son sac) C’est une montre à gousset, ça donne l’heure à n’importe quel moment de la journée !

Thaélia : Quand ma petite sœur a quitté la maison, je l’ai recherchée, même si je ne pouvais pas la piffrer. Par acquis de conscience dirons-nous. Quand notre mère elfe est morte en couche, nous avons dû rester soudés. D’ailleurs, je me demande où est fourré mon frère Vallium…

BR : Pourriez-vous nous raconter une aventure qui vous a particulièrement marquées ?

Thaélia : Je me souviens d’une sale rencontre avec un Golbargh. Il nous a chargés. J’ai perdu un compagnon mage et un point de destin dans l’affaire.

Ninel : Ah ? Je ne m’en souviens plus…

Thaélia, moqueuse : Tu devais encore être évanouie, comme au moindre danger…

BR : Mon neveu aimerait se lancer dans une carrière d’aventurier, vous auriez un conseil à lui donner ?

Thaélia : Qu’il se méfie de ses compagnons d’aventures. A cause d’un de ces traîtres, je me suis réveillée attachée dans une caverne. Il m’a torturée et… Je préfère ne pas en parler.

Ninel : Moi, ça ne risque pas de m’arriver car Adamantium veille sur moi ! me dit-elle en désignant un colosse en conserve qui me dévisage depuis le début de l’entretien.

BR : Y-a-t-il un méchant qui vous ait particulièrement donné du fil à retordre au cours de vos aventures ?

Thaélia : En haut du podium, il y a un haut gradé de la garde de Chnafon qui n’a cessé de nous mettre des bâtons dans les roues. Ce serait lui faire trop d’honneur que de vous donner son nom. En deuxième position, je dirais ma petite sœur, qui est brillante quand il s’agit de fabriquer des arcs, mais plus hasardeuse quand il s’agit de les utiliser…

Ninel, faisant mine de ne pas comprendre : J’adore retordre des fils.

BR : Que diriez-vous de me montrer votre matériel de grosbills ?

Après un passage par l’atelier, nous allons au camp d’entraînement de la guilde. Ninel fait une démonstration de son arc à poulie tirant des flèches à fioles explosives. J’avoue ne pas être très rassuré, mais contre toute attente, elle atteint sa cible. Thaélia tranche un second mannequin avec la Lame d’Air, son sortilège préféré. Plus tard, elle me fait monter dans sa chambre qui ressemble plutôt à la bibliothèque centrale de Waldorgh en pleine tempête. Elle me montre son sceptre à serpent et une griffe spectrale, un de ses objets fétiches qui s’en prend directement à l’âme de la victime. Je m’empresse de les remercier et de m’éloigner au plus vite ; je me sens plus à l’aise avec le tavernier de la guilde, finalement !

La semaine prochaine, nous devrions avoir l'opportunité d'une interview avec Razz, un aventurier nécromant qui dirige maintenant son propre donjon. Ne manquez pas ça !



Dernière édition par Lewon le Lun 14 Aoû 2017, 23:52, édité 1 fois

─────────────────────
Lewon
Lewon
Légende

Localisation : centre de détention psychiatrique
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Re: Légendes Fanghiennes

Message par Lewon le Lun 14 Aoû 2017, 23:52

Entretien avec une légende - Numéro 2
Aujourd’hui, je rencontre Razz Kévandir, liche de niveau 16 à un point de rendez-vous secret. Il nous téléporte ensuite à l’entrée d’une tour au milieu du désert.

BR : Bonjour Razz et merci d’avoir accepté cet entretien. Pour commencer, où sommes-nous ?

Razz : Devant ma forteresse, à l’Est du Désert des Plaintes. Je ne peux pas vous en dire plus : la dernière chose dont j’ai envie c’est que des aventuriers viennent mettre les pieds par ici. Enfin, si toutefois ils réussissaient à me trouver, je peux compter sur le Cauchemard Ailé pour garder l’entrée, dit-il en gratouillant le menton d’une horrible vouivre osseuse qui me regarde bizarrement. Et s’il leur prenait l’envie de passer par derrière… voyez ces grosses dunes de sable là-bas ? Ce sont deux géants des collines d’Altrouille zombifiés qui montent la garde allongés. Le reste de mon armée est d’ailleurs enterrée sous vos pieds.

BR : C’est un peu bizarre d’avoir construit un donjon si vous ne voulez pas que des aventuriers y viennent, non ?

Razz : Ce n’est pas vraiment un donjon. J’avais un donjon avant, dans la forêt de Schlipack. Mais trop peu de héros s’y aventuraient, je croulais sous les taxes de la CDD… ce n’était pas rentable. En plus, j’étais emmerdé par des manifestations elfiques anti-zombies. J’ai rompu mon contrat avec la CDD, mais il était hors de question que je rétrocède mon donjon, alors ils ont envoyé l’armée Fanghienne… Ma tête est mise à prix 10.000 PO, et je ne suis pas peu fier de cette cotation ! Ici au moins, je n’ai pas de problèmes avec le voisinage et je ne suis pas déclaré à la CDD.

BR : Mais donc finalement, c’est un peu de l’évasion fiscale que vous faites, non ?

Razz : Vous ne publierez pas ce que je vais vous dire, hein ?

BR : Non non…

Razz : Oui, y’a un peu de ça. Je revendique le statut de liche libre. Mais la raison première pour laquelle j’ai construit cette tour… c’est parce que c’est NOTRE PROJEEEET ! dit-il en poussant un rire sardonique en levant les bras au ciel.

BR : De quel projet parlez-vous ?

Razz : Venez, je vais vous montrer. Nous entrons dans la tour et descendons des escaliers, tandis que Razz poursuit : Sur le toit de la tour, au cinquième étage, des braseros et des pentacles renvoient l’énergie des astres sur des cristaux d’onyx concentrateurs de mana au troisième étage, dans la salle des sacrifices. Le rayon astral descend ensuite dans la colonne centrale des escaliers jusqu’au cinquième sous-sol, où mes rituels permettent d’ouverture de portails dimensionnels. Nous y arrivons justement. Tandis qu’il parle, des ossatures de portiers tirent deux épaisses portes de plomb, dévoilant une gigantesque forge dominant un puit de magma verdâtre. Le « magma » de ce portail permet à mon forgeron de faire des merveilles comme vous n’en avez jamais vues. Vous le connaissez peut-être, c’était un célèbre artisan de Glargh avant que je ne « l’emprunte » à sa famille. D’ailleurs, il commence à avoir le cerveau comme du yaourt et il faudra que je songe à le mettre au recyclage et à me trouver un autre forgeron…

BR : J’imagine que vous avez aussi dû « emprunter » un architecte à sa famille pour faire construire cette tour ?

Razz : En effet ! Et la tour était très belle sur le papier… mais quand vous confiez à des zombies de suivre des plans d’architecte… dit-il en me désignant des pierres maladroitement agencées constituant le mur. Au moins, ils ont respecté l’épaisseur de la base de la tour ; et c’est bien nécessaire quand on sait quels genres de bêtes rodent dans ce désert… Je suis fier de mes zombies. Je ne cesse de répéter que les zombies sont les ouvriers du futur : ils ne coûtent rien, ne se plaignent jamais et travaillent 24h/24 ! Au fond, je me suis toujours considéré comme un visionnaire.

BR : Si vous le dites. Parlez-moi un peu de votre enfance et de votre famille.

Razz : Papa et Maman sont fleuristes à Glargh. Vous savez, j’ai eu une enfance assez normale. Mais je me souviens qu’un jour, mon frère m’a volé ma tartine de confiture de myrtille. Je le déteste, il me le paiera ! Cet incapable a raté tous ces examens de magie et est devenu alchimiste en explosifs. Ma sœur s’en est mieux sortie et est devenue sorcière de Tziintch.

BR : Quelque chose vous manque de votre vie passée ?

Razz : La confiture de myrtilles sauvages, sans hésitation. J’aimerais tellement pouvoir en manger à nouveau… (soupir)

BR : Rien ne vous empêche d’aller petit-déjeuner dans une taverne habilement camouflé.

Razz : J’ai perdu mon sens du goût depuis ma lichification. Et puis, la dernière fois que j’ai déjeuné dans une taverne, une jeune fille s’est étouffée avec de la purée. Alors je suis intervenu, par réflexe. Je l’ai soignée et les gens ont commencé à m’applaudir, à m’ovationner et à m’appeler le « Protecteur des Honnêtes gens ». Ça a ruiné ma réputation. J’ai honte… Vous savez, la vie de liche c’est difficile. On se sent très seul. Depuis que j’ai renvoyé mes disciples et que j’ai quitté le conseil des nécromants, je n’ai plus personne à qui parler… Il n’y a d’âme pensante dans cette forteresse que le spectre éthéré d’un archipaladin de Braav’ que j’ai ramené à la non-vie, et il n’est pas de la meilleure conversation. Je suis si content que vous soyez venu pour me parler… Vous avez vu mon crâne ? Je l’ai coloré en bleu ciel. C’est mignon, hein ?

Bon, je crois qu’il est l’heure pour moi de rentrer, le quatrième goûter m’attend…

La semaine prochaine, nous rencontrerons Gaïveur, co-propriétaire de MécaniCORP.

─────────────────────
Lewon
Lewon
Légende

Localisation : centre de détention psychiatrique
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Re: Légendes Fanghiennes

Message par Lewon le Jeu 21 Déc 2017, 03:10

Entretien avec une légende - numéro 3
Gaiveur est ingénieur de niveau 11 et sa compagne Freya est "mercenaire" de niveau 11. Rencontre près de Knjaniouf.

Après être passé à la boutique de Goudilles (ces célèbres biscuits de Kjaniouf), je suis le chemin de Mécanicorp. « Pour trouver Mécanicorp, suivez les écrous ! » comme on dit par ici. Je pensais que mon indicateur référait aux immenses panneaux publicitaires à la forme singulière qui parsèment la ville, mais il semble en fait que les caisses du livreur de l’atelier soient sacrément trouées ! A quelques kilomètres de la ville, alors que je me croyais perdu, j’aperçois un haut mur de pierre renforcé de bris de verres et de barbelés. Alors que je m’apprête à tourner les talons avant que les gardes de ce fortin de brigands ne me repèrent, j’entends le bruit typique d’un déboitage d’ongle au tournevis – blessure courante chez les ingénieurs qui ne portent pas de gants. J’étais donc au bon endroit. Je me demande quel genre de trésor fou ces murailles peuvent bien garder, et tends timidement ma lettre d’invitation. Quelques instants plus tard, un balafré mal rasé m’ouvre les portes du domaine.

« Ne faites pas attention aux arbalètes et autres pièges, je viens de les désactiver » m’adresse-t-il en enjambant quelques pièges à loups sophistiqués. « Entrez donc, j’ai préparé des biscuits ! » reprend-il. Je comprends alors que cet homme aux cheveux tressés et au regard noir de suie n’est autre que le célèbre ingénieur Gaiveur. N’écoutant que mon courage de hobbit – et considérant le fait qu’il pourrait me loger un carreau dans les fesses en moins de temps qu’il ne m’en faudrait pour repasser la porte -, je le suis jusqu’à un confortable petit logis annexe à l’atelier.

« Dame Freya n’est pas là ? » m’enquis-je de l’absence du second sujet de ce double-entretien. Et mon dévoué hôte de s’enquérir chercher la retardataire à l’étage : « Je vous ai déjà dit que je ne voulais pas le voir ! » abboie une voix sèche en haut des escaliers. Après d’âpres minutes de négociations pour Gaïveur et une délicieuse dégustation de cookies pour moi, une elfe toute en armes et au visage aussi accueillant qu’un guerrier du chaos fêtant son anniversaire daigne se présenter dans le salon.
Alors que Gaïveur retrourne en cuisine sur une sèche injunction de sa dulcinée, celle-ci se confie : « Mon village a été décimé. J’ai été recueillie par une famille de Nobles de Glargh. J’ai cherché mon père toute ma vie, je l’ai trouvé. Il est tout le monde et personne à la fois. Attention à mon félin, dit-elle en désignant la place de canapé visiblement vide (mais curieusement enfoncée ?!) juxtant le mienne. VOUS REVENEZ VOUS AVEC LE THE ? crache-t-elle soudain à son larbin de mari. Des questions ? ».

Estomaqué par le débit de ces affab… révélations, je tente hasardeusement : « Euh… Vous vous aimez ? »
« Nous avons été victime d’une malédiction de Malgar lors de la fête de la saucisse de Zbloradou-sur-Zblouf. Fin de l’entretien. Si vous publiez quoi que ce soit de travers je vous retrouverai. » m’adresse-t-elle en guise de salutations avant de regagner l’étage.
Mon hôte revient alors, m’affichant un regard béat et un sourire gêné, les mains brûlées par une théière trop chaude. Je comprends, lorsqu’il me sert une tasse d’eau chaude, que les balafres et brûlures qui parcourent son visage sont plus probablement dues à ses sévères troubles de l’attention qu’à des combats épiques.

Je commence, en passant sous silence l’ouragan Freya : « Monsieur Gaïveur, vous avez des projets ? »
« J’aimerais bien avoir des enfants, mais les aventuriers meurent généralement trop tôt pour ça. Sinon, je vais continuer de développer mon atelier et ma petite équipe. Je vais aussi vais d’explorer les donjons. J’en démonte tous les pièges ! Ça exaspère mes compagnons et j’ai reçu plusieurs plaintes de Maîtres du Donjon pour ça… Sinon, peut-être qu’un jour je reprendrait l’auberge de mes parents près de Valtordu, comme ils le voulaient jusqu’à ce que j’en casse un carreau. Ah, ils m’en ont voulu ! Ce jour là, j’avais reçu le numéro 7 de BricoHebdo et… »

« Je vais y aller, merci pour le thé !» lançais-je en ne pouvant supporter une gorgée supplémentaire de cette eau chaude infecte.
« Mais, attendez ! Je ne vous ai même pas présenté mon bébé ! » s’épouvante Gaiveur.
« Comment osez-vous comparer ce lézard à nos potentiels futurs enfants ?! » hurle une voix depuis l’étage.
J’adresse un grand sourire et m’éloigne poliment des discussions conjugales. En quittant la maison, je croise le regard lubrique d’un varan de trois mètres de long. Je sautille précipitamment entre les pièges en hurlant au garde de m’ouvrir les portes de l’asile. Finalement, ces murailles n’ont peut-être pas le sens qu’on croit.

─────────────────────
Lewon
Lewon
Légende

Localisation : centre de détention psychiatrique
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Re: Légendes Fanghiennes

Message par Lewon le Sam 30 Déc 2017, 19:34

Entretien avec une légende - numéro 4
Bertrand de Chaudebière, niveau 11, est capitaine du Navire de Croisière Ferno-Galzanien "La Gouleyante"

BR : C’est une bonne position ça, capitaine de navire de croisière ?

BDC : C’est surtout beaucoup de paperasse ! Et comme je ne sais pas lire le Galzanien… je m’arrange. Mais vous savez, je n’ai pas toujours voulu être capitaine de navire ! Mes parents étaient vendeurs de pulls et de denrées, et j’ai même essayé la magie.

BR : Vous êtes donc mage ?

BDC : Euh… c’est compliqué. Comme je n’ai pas un physique très développé, je me suis dit : « autant utiliser mon cerveau !». Mais mon cerveau ne doit pas être très développé non plus car je n’ai jamais réussi à lancer un sortilège.

BR : Mais alors, vous servez à qu… quel est votre rôle dans votre compagnie ?

BDC : Disons que je suis surtout... polyvalent. Comme disait ma grand-mère : « soit vous avez du talent, soit vous avez de l’argent ». Bon, moi il faut avouer que j’ai surtout de l’argent. Du coup, je reste principalement en position défensive. On m’appelait « le ventilateur », certainement parce que je gardais les ennemis à distance avec de grands coups d’épée. Mais attention hein, je suis quand même dangereux ! Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai mis un de ces coups de rapière à un dragon noir ancien ! Je vous garantis qu'il ne faisait pas le fier !

BR : Donc ça se passe bien pour vous l’aventure ?

BDC : Plutôt ! Regardez un peu toutes ces médailles que j’ai gagnées ! Enfin, je n’ai pas fait exprès, hein, c’est que comme je suis chef de groupe, c’est à moi qu’on donne les médailles. Sauf celle-ci, je l’ai volée. Mais des exploits, on en a réalisé des paquets ! Par exemple, les aventuriers qui sont venus à bout de la Tour Movak, c’est nous !

BR : C’était dur la Tour Movak ?

BDC : Euh… je ne sais pas vraiment, j’étais en quête personnelle pour problèmes familiaux à ce moment-là. Mais je vous assure qu’on a caus… qu’on a résolu pas mal de problèmes ! D’ailleurs, si on avait une carte de visite ce serait : « Les Résolvateurs de Problèmes ». Par exemple, si vous avez un dragon noir dans votre jardin, moi j’arrive et PAF ! Je lui enfonce ma rapière comme ça, dans le bide !

BR : Vous êtes satisfait de vos compagnons d’aventure ?

BDC : Vous savez, s’il y des compagnons que je ne supporte pas ; ce sont ceux qui sont convaincus qu’ils ont du talent. Ceux de ma compagnie ont un talent particulier pour échouer. Je pourrais donner l’exemple de notre paladin de Slanoush qui m’a envoyé au paradis des aventuriers en essayant de me soigner, mais je ne voudrais surtout pas que ça se retrouve dans la presse… Pour tout vous dire, j’en fais encore des cauchemars.

BR : Vous êtes respectés en tant que chef de groupe ?

BDC : Sur le papier oui, mais comment dire… si je devais avoir une épitaphe, ce serait : « Je vous l’avais bien dit ! ».

Certains disent que vous avez quitté la Terre de Fangh parce que vous y avez eu des ennuis…

Comme le fait d’être recherchés par la Guilde des voleurs de Kjaniouf ? Tout ça pour avoir un peu mis le feu et légèrement tué des personnes. En plus, c’était purement fortuit ! Ce n’est pas vraiment de notre faute… nous avons été maudits par un avatar de Mankdebol ! Nous avons donc décidé de prendre congé de la Terre de Fangh le temps que tout ça se tasse… euh, je veux dire pour lever la malédiction !

BR : Qu’est-ce qui vous insupporte le plus ?

BDC : Ce que je ne supporte pas, ce sont tous ces parvenus en Terre de Fangh qui n’ont aucun autre talent que d’être riche ! Ce n’est pas du tout mon cas : je vous ai parlé de la fois où j’ai terrassé un dragon noir d’un coup de rapière ?

─────────────────────
Lewon
Lewon
Légende

Localisation : centre de détention psychiatrique
Date d'inscription : 02/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Légendes Fanghiennes Empty Re: Légendes Fanghiennes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum