Naheulbeuk Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four Emperors : où ...
Voir le deal

La renaissance d'un jeune homme rejeté par ses parents.

Aller en bas

La renaissance d'un jeune homme rejeté par ses parents. Empty La renaissance d'un jeune homme rejeté par ses parents.

Message par AguSky Lun 02 Aoû 2010, 01:24

Questions sur le Personnage

Nom/Prénom: Antonidas
Age: 25 ans
Origine: Humain
Métier: Mage - Métamorphe
Liens vers la fiche de personnage:

Fiche de Personnage d'Antonidas

Description physique:
Antonidas est un jeune homme de 25 ans élancé, au corps proportionné,mesurant un mètre quatre vingt cinq. Pour n'avoir jamais suivi d'entraînement physique spécifique, il reste d'aparence fluette sous ses vêtement, mais prend plaisir à voir la sculpture de ses muscles secs le long de ses membres et de son torse imberbe.

A travers ses cheveux mi-long, raides, aux reflets châtains, se cache un visage fin, aux yeux verts surplombés de sourcils "dessinés par les Dieux" comme aimait lui répéter sa mère dans son enfance, tant ils sont ordonnés et longs. Ce regard a plus d'une fois fait craquer certaines étudiantes de son école de magie, à tel point qu'on lui prêtait parfois l'aptitude d'hypnotiser d'un regard celle qui croiserait ses émeraudes envoûtantes.

Ce jeune homme porte un intérêt important à son apparence, et de fait s'inquiète toujours de sa garde robe et de sa prestence. Il se faisait souvent remarquer par ses professeurs lors de son apprentissage à cause de cet aspect de sa personnalité. En effet, il estime que les robes n'ont aucune classe et ne doivent être portée que par des femmes. Comprenez la vexation de certains enseignants.


Description mentale:

Rien ne predestine Antonidas à devenir un aventurier. En effet, ayant eu une jeunesse dorée auprès de ses parents devenus riches suite aux différents commerces de son père. Il n'a jamais eu faim ou eu besoin de s'inquiéter de trouver un endroit ou dormir. Cette oppulence l'a conduit à devenir paresseux et partisan du moindre effort lorsqu'il n'estime pas nécessaire d'accomplir personnellement une tâche.

Ayant conscience de ses atouts physiques et de l'influence dont il dispose auprès des femmes, il s'est mis à jouer de son charisme pour se faire apprécier du plus grand nombre. Expert en blabla, compliments et fariboles en tout genre, il devine ce que les gens veulent entendre et n'hésite pas à les flâter pour arriver à ses fins. Il reste un jeune homme sociable mais discret, à tel point que nombreux sont ceux qui doutent de sa sincérité lors de relations plus approfondies.

Il aime la compagnie des femmes sur lesquelles il ne cesse de tester et d'améliorer ses capacités de beau-parleur. Il est méfiant face aux inconnu(e)s, et craint l'amour de peur d'être à son tour manipulé comme il sait si bien le faire.

Depuis sa tendre enfance, il est effrayé par les lapins. En voir un vivant le pétrifie de peur, en voir un mort lui donne des nausées d'angoisse. L'origine de ce mal qui fait rire de lui tient d'une mise en garde de sa grand mère qui lui ressassait sans arrêt lorsqu'il grimpait aux arbres pour jouer : " Méfie toi ou tu vas te faire le coup du lapin". Il est persuadé que ces bestioles sournoises aux yeux rouges et anormallement velues possèdent un tour sadique et vicieux capable de tuer n'importe qui sans qu'il s'y attende.

S'il est aujourd'hui obligé de quitter le domicile familiale doré de son enfance, c'est que cet excès d'oisiveté qu'il a développé l'a entraîné à l'abus de paresse, et une fois ses classes finies, il n'eu de cesse de participer à des fêtes mélant débauche et alcool, irresponsabilité et dangers. Jamais levé avant l'après-midi, jamais de retour avant l'aube, ses parents ne supportèrent plus cette décadence de leur "trésor". Impuissants face ce comportement d'adolescent, ils prirent une mesure qui leur déchira le coeur mais qui s'avérait inévitable : il lui coupèrent les vivres et le mirent à la porte de leur domicile avec pour consigne de revenir une fois qu'il aurait mûri et se serait confronté à la "vraie vie".

Ses talents de charmeurs n'ayant eu aucune emprise sur ses parents, il se sentit impuissant, effondré sur lui même, perdant tout ce qu'il croyait acquis.
Il commence son aventure à ce stade, présentant un soucis de confiance en lui, nécessitant un entraînement acharné pour accroître son pouvoir de manipulation des gens.


Histoire:
"3 jours..." Cela fait déjà trois jours que ses parents se sont dressés contre lui, contre son mode de vie et sa propre personne, chamboulant ainsi son univers de jeune adulescent. Il arpente des sentiers chaotiques, salissants et boueux qui l'incomodent fortement, lui qui était habitué aux voyages en chariotte de luxe.
"Vers l'ouest il faut aller quand tout te semble bloqué" se répétait-il, en appliquant le précept de son professeur de métamorphose, le seul pour qui il ressentait une estime toute particulière. C'est ce professeur qui lui a fait comprendre quelle voie de la magie il souhaitait poursuivre après son diplôme. Ces années lui manquait. Elles autorisaient l'insouciance, l'amusement... tout ce qui lui semblait interdit aujourd'hui.

Le soleil approchait de son zénith, rendant son voyage encore plus inconfortable. Ses pieds endoloris par la route caillouteuse le décidèrent à faire une halte et à se restaurer du mieux qu'il le pourrait en attendant que le ciel soit plus clément. Il apperçu une souche d'arbre renversée tout près d'un bosquet ombragé longeant le sentier interminable qu'il poursuivait sans but précis. Posant son baluchon au sol, il s'installa du mieux qu'il pu, ôta ses chaussures pour détendre ses orteils malmenés, et fouilla dans son sac de quoi déjuner. "Le reste d'un quignon de pain et ma gourde d'eau... super...". Il mangeait sans grand appétit, les yeux s'évadant au plus loin de l'horizon, les pensées vides et fluctuantes, il n'entrevoyait pas le sens que devait prendre sa vie à l'heure actuelle.

Il fut sorti de sa torpeur par un couinement d'essieux des plus agaçant, et remarqua une petite charette de paysan tirée par 2 ânes usés par le labeur, la tête basse et qui semblaient porter la misère du monde sur leurs épaules.

"Etes vous en difficulté jeune homme ?" s'enquit une demoiselle en guenille assise au côté d'un homme bourru, grisonnant et au regard perçant. " Oh papa il a l'air perdu, aidons-le".
"Je n'aiderai personne sur cette route mon trésor, ce chemin est mal famé, il s'agit peut-être d'un brigand !".
"Rassurez vous monsieur, je ne suis nul brigand ni malfrât, juste un jeune homme en recherche de son présent et de son avenir." répondit Antonidas.
"Et bien dans ce cas ce n'est pas assis sur une souche que vous le trouverez vot' présent." ricana l'homme. "Oh papa !" s'exclama sa rejetonne. "Veuillez excuser ce vieillard qui après avoir été abusé par la vie n'a plus que de la cruauté à offrir aux étrangers"
"Nul mal n'est pris chère demoiselle, j'ai subis de plus rudes assauts récemment, il en faut pourtant plus pour me briser." Le rassura le jeune homme. "Permettez moi de remercier votre grand coeur par ce présent."
D'un geste vif et habile, il porta la main à son flanc afin de retirer une pièce de sa maigre bourse. Après l'avoir faite pivoter entre ses doigts en de grâcieux mouvements, il l'envoya d'un jet de pouce virevolter en l'air, la ratrappa d'une main en la couvrant de l'autre, puis sapprocha de la charette.
"Accepterez vous de souffler sur mes mains je vous prie ?" demanda-t-il poliment à la jeune femme. Elle s'empressa de glisser une mèche de cheuveux derrière son oreille et pencha délicatement son buste vers le jeune homme afin de souffler une délicatement sur ses mains. Lentement, il les entrouvrit, laissant apparaître un bec jaune à l'endroit même où se trouvait une pièce il y a quelques instants.
Quelle ne fut pas la surprise du père et de la fille d'appercevoir un petit oiseau sautiller au creu de la main du magicien. Dans un frêle élan, le moineau s'élança vers les genoux de la fille.
"Veuillez accepter ce modeste symbole d'espoir et de liberté, charmante demoiselle".
Cette dernière le remercia d'un sourire sincère et d'un regard qui en disait long sur les sentiments que lui inspirait ce geste. Le père s'empressa de demander si notre magicien avait une quelconque aptitude dont il pourrait tirer profit. Antonidas sentant la cupidité de l'homme et le moyen par lequel il pourrait obtenir ses faveurs s'approcha d'une pierre et posa ses 2 mains dessus. Au fur et à mesure que l'objet changea de taille et de couleur, passant du gris à l'orange, le mage écartait ses mains pour permettre au paysan de comprendre qu'il venait de changer une pierre en citrouille devant ses yeux.
"C'est impressionnant, mais savez-vous aussi créer des objets de valeur ?" S'enquit le vieillard.
"Evidemment !" répondit Antonidas, " Mais si vous en voulez plus il me faut plus de matière qu'un simple caillou. Amenez moi à une ville et je pourrai vous récompenser de manière plus honorable".
Il savait qu'il venait de ferrer sa proie en touchant sa corde sensible. L'appât du gain du vieillard allait lui permettre d'éviter une longue marche jusqu'à la ville la plus proche d'où il n'aurait plus qu'à se fondre dans la foule afin de ne pas remplir sa promesse.
Le père de la jeune fille dont la mâchoire était restée décrochée après ce tour, comprit tout l'intérêt qu'il aurait à garder cette poule aux oeufs d'or en de bons termes avec lui. Un accord fut passé pour le transporter jusqu'à la ville la plus proche, où en échange le mage lui offrirait un bien magique de valeur.

Le voyage dura quelques heures, le soleil cédait doucement sa place majestueuse dans le ciel virant au rose bleuté quand les 3 voyageurs arrivèrent devant la porte d'un village, protégée par 2 gardes. Ils les firent s'arrêter et demandèrent l'objet de leur périple et ce qu'ils escomptaient faire en ville ?
Antonidas sauta de la charette et se rapprocha des gardes en leur parlant d'un air assuré et de manière respectable :
"Bonsoir fiers gardes. N'ayez crainte, nous venons en amis. mon oncle, ma cousine et moi même sommes des commerçants et venons faire profiter la ville de nos marchandises."
"Ah tiens donc ? Vous me semblez pourtant fort bien vêtu comparé à vos oncle et cousine! Ca sent l'entourloupe tout ça !"
"Quel sens de l'observation monseigneur, il n'y a nul doute à parier que cette ville est une placesûre et imprenable puisqu'elle est défendue par de perspicaces gardes comme vous. Mes parents ont en effet développé leur commerce de marchandises il y a plus longtemps que mes proches ici présent, et ayant bien réussi dans leur ville, ils m'ont envoyé pour aider ce cher oncle à gérer son entreprise. Entends tu ça mon oncle ? Avec des protecteurs tels que ces 2 fiers hommes il y a fort à parier que votre commerce va fleurir comme cerisier au printemps !"

Les gardes se regardèrent, flatés et un peu perdu dans le fil de leur pensée, avant de prendre une décision quant à cette petite troupe de commerçants.


Question Hors RP

Qu'es que le Jdr pour vous?

le JDR est selon moi un moyen d'évasion, de récréation et de recherche de soi. En effet, par le JDR et les aventures qu'il propose, on peut confronter sa personnalité à son subconscient, on peut s'évader des tracas et difficultés quotidiennes, on peut s'amuser autrement qu'avec une manette ou une souris.
Il présente aussi la capacité de faire se rencontrer des gens de tous milieux qui de prime abord n'auraient rien eu à partager dans la vie, si ce n'est après pratique du JDR, une passion ou un engouement pour l'exploration aussi bien tordue qu'approfondie de notre imagination et de nos fantasmes.


Quelle sont vos motivation?
Je suis depuis assez jeune attiré et intrigué par le monde du JDR, ayant eu une enfance assez solitaire, j'ai appris assez jeune à me débrouiller et m'amuser seul, créant une foule d'aventure dans mon esprit. Ces aventures ne restèrent qu'un fruit égoïste de mon imagination, et j'ai toujours eu envie de faire partager ces aventures à d'autres afin d'avoir un retour, et d'évoluer non plus selon mes critères, mais en adéquation avec les réactions d'autrui.

Aujourd'hui après avoir bien grandi, je trouve un moyen, le courage et l'envie de sauter le cap et d'y mettre un pied avant de, peut être, m'y attarder plus que prévu.

(PS : ah et évidemment, i want LOOTS ! La renaissance d'un jeune homme rejeté par ses parents. 597347 )

AguSky
Aventurier

Date d'inscription : 31/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum