-71%
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans-fil Samsung EP-PN920 – Noir (Via ODR 20€)
8 € 28 €
Voir le deal

Critique Banal Fantasy I

Aller en bas

Critique Banal Fantasy I Empty Critique Banal Fantasy I

Message par Jeth le Ven 07 Jan 2011, 16:51

Avant toute chose, sachez que cette critique spoile quand même pas mal la série, donc je vous conseillerai au mieux d'avoir écouté la série (du moins un extrait au possible) avant de lire cette critique.

Banal Fantasy, ça vous évoque quoi à priori? Rien. Que dire de quelque chose d'ordinaire et de banal? Rien. Sauf quand ce nom désigne la parodie de l'un des chefs-d'oeuvre du jeu vidéo, j'ai nommé : Final Fantasy. Pour le choix du nom, sachez que Final se traduit en français par Ultime. Et qu'opposer au mot Ultime? Le mot Banal, ce qui n'est pas extraordinaire est simplement ordinaire, banal. Voilà pour l'explication du titre, maintenant on rentre dans le sujet.

Banal Fantasy, c'est une saga créée par Durendal, qui a été écrite en 2004 et composée de 46 épisodes, record qui n'a été battu que par la saga Wagaprod.

Pour faire une critique de cette série, je vais consacrer une partie à l'univers de cette saga et son humour, et ensuite je me consacrerais à des parties plus techniques, comme la qualité de l'enregistrement, les bruitages et toussa.

Première partie : l'univers
Comme je vous l'ai dit au début, cette saga MP3 prend place dans l'univers du fameux Final Fantasy VII. La plupart des fans du jeu sauront apprécier le fait que l'univers présenté dans la saga colle assez bien avec celui du jeu.

Au niveau des personnages, quasiment tous les personnages sont présentés sous une forme parodique assez spéciale : Durendal a analysé le jeu en détails et en a relevé plusieurs sur chaque personnage pour en créer son double dans Banal Fantasy :
- Crade Strip, alter ago de Clad Strife : la première caractéristique du personnage est qu'il perd régulièrement son épée, ici Durendal a mis en avant le fait qu'une telle épée n'est pas du tout facile à transporter, facile à comprendre. La seconde, c'est qu'il a une grosse lame, expression à prendre dans les deux sens du terme, double-sens fréquemment utilisée dans la saga.
- Tifolle Dickhard, alter ago de Tifa Lockheart : la première caractéristique du personnage a été reprise d'un détail que tous les gamers connaissent, même ceux qui n'ont pas joué : la taille impressionnante de sa poitrine. Durendal en a profité pour faire de Tifolle une sacrée nymphomane, et l'amour qu'elle avait pour Crad (seconde caractéristique) s'est transformé en envie absolue de coucher avec ce dernier.
- Ahérée Gainsbourg, alter ago de Aerith Gainsborough : une version d'Aerith qui évolue au cours de la saga, passant de la fille gentille et fragile à la fille hystérique qui massacre Tifolle à coups de poing (rappelons que dans le jeu, Tifa est une spécialiste des arts martiaux dans ce domaine). A part ça, c'est une blonde qui s'est teinte, un détail qui aura son importance dans la saga.
- Barrette, alter ago de Barret Wallace : comme toujours, c'est un noir équipé d'un bras mécanique. La grande nouveauté, c'est qu'il est gay. Où Durendal est-il allé cherché ça? Au Gold Saucer. Je m'explique : au moment de prendre le téléphérique dans le jeu, Clad peut partir avec un personnage, et il est possible une astuce particulière tout à fait légale, sans code, qui permet de faire ce voyage avec Barret, alors que normalement, si vous ne faites rien de particulier, c'est Aerith qui vient. Pour les autres détails, je vous invite à écouter ça, je n'ai pas envie de spoiler le reste.

Voilà, je m'arrêterai ici au niveau des personnages, je prends seulement les quatre premiers disponibles dans le jeu

Maintenant, passons à l'histoire : dans l'ensemble, l'histoire reprend assez fidèlement celle de Final Fantasy, de ce côté-là, je ne pense pas que Durendal ait fait d'omission majeure, l'essentiel du scénario y est, mais ça ne vous prive pas de jouer au jeu pour connaître plus de détails.

Dernière caractéristique : l'humour. Il s'agit de l'épée à double tranchant de cette saga : soit vous aimez et ça ne vous posera pas de souci, soit vous détestez et là, vous avez de fortes chances d'arrêter assez tôt la saga. Des quelques témoignages de personnes qui n'ont pas apprécié la série, leur explication contenait souvent quelque chose en rapport avec l'humour utilisé, qui est parfois très vulgaire et à penchant sexuel (il y a vraiment beaucoup de blagues qui impliquent du cul, autant l'admettre). Autre épée à double tranchant humouristique : les interludes musicaux. Là aussi, c'est à double tranchant : Durendal a utilisé ce qu'il utilisait comme "des musiques de merde" pour ses interludes, donc en général, soit vous vous marrez, soit vous n'aimez pas.

Deuxième partie : le côté technique
Pour commencer, parlons de la musique. Comme vous vous y attendez,
le meilleur moyen que Durendal a trouvé pour attirer l'oreille de son
auditeur au niveau nostalgique, c'est de prendre les musiques de FF VII
pour les intégrer de manière assez efficace, il faut l'admettre.
Concernant les fameux "interludes musicaux", il a été reproché sur un
certain site de critique MP3 bien connu que de la "musique est assez
destructrice pour l'oreille". Eh bien, je me dois de rappeler un simple
détail : Durendal met volontairement ce qu'il appelle de "la musique de
merde" donc, cher lecteur, ne t'attends pas à ce que ces fameux
interludes soient identiques, que ce soit pour ton intelligence ou ton
audition.

Au niveau technique, on peut ajouter le fait que Durendal n'est pas à sa
première saga MP3 au moment où il crée Banal Fantasy : citons entre
autres Résident Sénile qui est le point d'entrée dans l'univers de
Durendal. Je vous recommande ça en particulier pour diverses raisons
mais vous pouvez toujours vous risquer à écouter le reste, c'est votre
problème maintenant que vous êtes prévenus. Pour revenir au sujet, on
peut dire qu'il n'y a pas grand chose à reprocher à Durendal de ce
côté-là, l'expérience en saga MP3 et la mythique bande-son de FF VII lui
assurant une certaine qualité.

Conclusion
Qu'est-ce que je pourrais vous dire pour conclure? Pour commencer
que je ne mettrais pas de note quand j'aurai l'occasion de faire une
critique : je me contenterai de peser le pour et le contre et de donner
un avis aussi objectif que possible.
Pour cette saga MP3 : Banal Fantasy est restée l'une des sagas phares de
Durendal dans le sens où dès qu'on parle de Durendal à un sagaphile,
cette saga-là revient assez souvent dans les mémoires. Sur ce, pour tous
ceux qui ont pu être déçus par l'humour parfois très lourd de cette
saga, je vous demande un service : celui d'écouter Banal Fantasy 2,
qui est la parodie de Final Fantasy VIII et qui a de très bonnes
chances de vous réconcilier avec Durendal.


Dernière édition par Phénix le Lun 10 Jan 2011, 18:54, édité 2 fois

─────────────────────
Phénix, MJ jouant un nain guerrier amnésique de niveau 1
Auteur d'une fanfic Naheulbeuk et du "Carnet de Voyage de Fumseck" disponibles sur ce forum
Envoyez-moi un MP si vous avez des questions sur le JDR
Jeth
Jeth
Aventurier

Localisation : Quelque part en Provence
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Critique Banal Fantasy I Empty Re: Critique Banal Fantasy I

Message par Polochon OfDlul le Ven 07 Jan 2011, 19:39

Une grande saga mp3 que voilà (bien que dans les banal fantasy je préfère le II).
Personnellement j'ai pas acroché du tout la première fois que j'ai écouté et il m'as bien fallu 2 ans et l'écoute de BFII pour réessayer et comprendre mon erreur, sous ses airs graveleux cette saga récelle un autre humour bien plus fin et drôle, et un bon nombre de clins d'oeil qui la rendent encore plus délectable, si bien que même sans avoir joué au jeux, je pense qu'on passe un très bon moment...
Le gros points fort des sagas de Durendal, c'est qu'on s'attache beaucoup au héros, donc c'est 46 épisodes de pur plaisir. Smile
Bon sur ce commentaire inutile je m'en vais réécouter encore une fois ce petit chef d'œuvre (eh oui ça m'as donnait envie Smile )


Dernière édition par Polochon OfDlul le Lun 10 Jan 2011, 19:10, édité 1 fois

─────────────────────
Louange au Maître Nouillesque, qu'il nous accorde la bière dans son infinie viscosité
Polochon OfDlul
Polochon OfDlul
Aventurier

Localisation : 127.0.0.1
Date d'inscription : 29/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Critique Banal Fantasy I Empty Re: Critique Banal Fantasy I

Message par Jeth le Lun 10 Jan 2011, 18:53

Voilà, je vous présente la fin de ma critique de la saga Banal Fantasy
Si le destin le veut bien, peut-être que j'aurai l'occasion de vous présenter d'autres critiques de sagas, livres, jeux ou je ne sais quoi qui aura eu le mérite d'attirer mon attention.
Sur ce, à la prochaine et je repars à la rédaction de la Chronique

─────────────────────
Phénix, MJ jouant un nain guerrier amnésique de niveau 1
Auteur d'une fanfic Naheulbeuk et du "Carnet de Voyage de Fumseck" disponibles sur ce forum
Envoyez-moi un MP si vous avez des questions sur le JDR
Jeth
Jeth
Aventurier

Localisation : Quelque part en Provence
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Critique Banal Fantasy I Empty Re: Critique Banal Fantasy I

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum