Naheulbeuk Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -60%
Siège Gaming Asus ROG SL300 Noir à ...
Voir le deal
199.99 €

Background de Nylmiek

Aller en bas

Background de Nylmiek Empty Background de Nylmiek

Message par Hikorzik Jeu 20 Jan 2011, 21:59

Physique : Elfe noir de sa race, Nylmiek présente donc les caractéristiques physiques de ceux ci, comme une peau plus sombre que la normale par exemple. Il est de grande taille, mais plutôt que fin, il possède une carrure assez « normale », ni frêle, ni costaud. Il a les yeux noisettes et des traits du visage fins. Ses cheveux, lisses et de couleur platine, lui vont jusque sous les épaules. Il n'en prend pas trop soin, ce qui fait que sa chevelure est plus souvent ébouriffée que réellement lisse, mais lors des grandes occasions il parvient à un résultat correct avec sa tignasse. Du reste, ses ongles des mains sont moches parce qu'il les ronge et c'est le seul trait véritablement spécial, mis à part peut être que ses mains sont plus noires encore que le reste de sa peau, la faute au fait que dans sa brève période « Je monte ma propre forge à Glargh ! », il vivait un peu comme un clodo, donc il se lavait pas. Alors le charbon qu'il manipulait le tâchait, mais il ne se nettoyait pas. Avec le temps, ça s'est incrusté et il n'arrive pas à s'en débarasser.

Niveau vestimentaire, il porte ce que son niveau budgétaire lui permet : des vêtements un peu pourris. Il prend de la qualité un peu « standard », pour éviter le réel inconfort du très bas de gamme, mais il ne peut se permettre de s'accoutrer comme un noble richissime. Mais soyez sûr que s'il était riche, il ne manquerait pas de le faire !

Mental : Nylmiek, de par sa race, n'est pas censé être très... accueillant. Mais son bref séjour à Glargh l'a rendu un peu plus sociable, le rendant plus sociable et partageur (il est même prêt à disposer de ses talents gratuitement pour certaines personnes !). Malgré ça, il lui reste tout de même sa fierté natale : il est plus ou moins sympa tout en prétendant ne pas l'être. Le coeur tendre sous la carapace, diraient peut-être certains spécialistes. C'est pas forcément faux. Toutefois, n'allez pas croire qu'il aurait renié sa nature pour autant ! Capable d'abandonner un allié pour couvrir sa fuite, il mentira sans vergogne si ça sert un intérêt plus grand (le siens). Il n'a toutefois qu'un intérêt limité pour l'argent. Par contre, les équipements et autres objets de collection... Confectionneur dans l'âme, ces choses là lui servent car il adore tenter de modifier ce qu'il trouve (si personne d'autre n'en veut immédiatement tout de suite) et se perfectionner dans le maniement de ses outils.

Pas pleutre pour un sou, il reste cependant à l'écart lors des rixes, préférant largement canarder ses ennemis à coup de flèches plutôt que de devoir s'esquinter au corps à corps, il préfère laisser cette sale besogne aux assassins, barbares et autres guerriers sanguinaires. Pas pleutre, ai-je écris plus tôt, mais pas fou ! Dans une situation désespérée, il est aussi capable qu'un autre de laisser les autres derrière pour sauver sa propre peau !

Histoire : Né dans un camp de fortune d'un groupe d'elfes noirs assassins, Nylmiek aurait dû suivre la même route que ses pairs. Effectivement, il a été bercé par un homme qui se curait les dents avec sa dague et sa mère lui donna it le sein en aiguisant ses lames. Mais une chose, un paramètre minuscule, fit de lui tout autre chose.

Lorsque ses parents, plus ou moins le jour de son anniversaire, le jugèrent assez grand (c'est à dire très jeune), il lui donnèrent une petite masse d'arme en cadeau, histoire qu'il se fasse aux armes qu'il devrait côtoyer toute sa vie. En plus, avec une masse, quasi aucun risque de se blesser (enfin moins qu'avec une lame qui fut leur idée première). Mais un jour, un des elfes laissa tomber malencontreusement son arme dans le feu. Plutôt que d'éteindre le feu pour la récupérer, ils usèrent de quelque artifices pour la récupérer, la lame encore rouge. Ils la déposèrent à un endroit où ils la pensèrent en sécurité (pour pas foutre le feu partout en fait), en attendant d'aller chercher de l'eau pour solidifier la lame. Le gamin, dans les parages avec son arme, trouva drôle de taper sur la lame avec sa masse. L'épée était comme toute molle ! Par contre quand il voulut la toucher avec les doigts, c'était moins marrant. Ses hurlements ont dû attirer au moins tout le campement, et il avait tellement ruiné la lame avec sa masse qu'il s'était pris une bonne correction. Malgré cette expérience traumatisante qui aurait dû le tenir loin de toute expérience artisanale durant au moins des dizaines d'années, une vocation était née : il serait artisan. Cette envie se heurta toutefois au refus de son père. « Nan, tu seras comme ton père. Je vais te former un point c'est tout ! » disait-il. Avec la patience nécessaire au métier d'assassin, il insista sournoisement, disant à qui voulait bien l'entendre ce qu'il serait, si bien que son père avait des échos un peu partout « Alors ton fils, il progresse ? Il sait déjà aiguiser, nan ? Y f'ra un bon p'tit ingénieur c'lui là ! ». Ce à quoi il répondait par un « Mon fils c'est pas un gobelin ! Y s'ra comme moi. ». Mais bon, finalement il en eut marre et laissa son fils faire ce qu'il voulait, même s'il décida de ne plus jamais lui parler, du coup.

Dans le camp, chacun étant un peu touche à tout, il put apprendre un peu à forger avec du matériel de fortune (ben oui, un groupe d'assassin ça se déplace pas avec une enclume) et à fabriquer divers objets un peu inutiles, mais lui fournissant la technique qui lui ferait réaliser son rêve : ouvrir, peu importe où, une forge ou une armurerie qui marcherait bien. Peu à peu, il s'imposa comme l'ingénieur « en chef » (titre pompeux vu qu'il était le seul) du camp, chaque elfe se débarrassant des corvées de réparation contre un petit pourboire. Rassemblant son petit pactole, et aussi le matos qu'il y avait au camp, il prit la poudre d'escampette une noire nuit d'été, s'enfuyant vers Glargh (ils étaient pas loin). La réaction des elfes fut imminente : il décidèrent de l'assassiner. Ils se perdirent dans la ville et ce fut la fin du groupe, chacun sortant à un endroit différent ou alors se faisant arrêter par les gardes pour divers crimes. En attendant, Nylmiek avait tenté plusieurs approches. Il s'était proposé comme apprenti dans une vraie forge, sans trop de succès. Il était elfe noir, les maitres forgerons avaient souvent peur qu'il soit en fait un assassin et qu'ils aient un contrat sur leur tête. Ou alors ce forgeron était nain, et il se foutait de la tronche d'un elfe qui voulait forger. Il ne demanda pas qu'au forgerons, mais aussi aux autres corps de métier comme les menuisiers et autres rempailleurs de chaises. Mais ce fut en vain. Lui, par contre, il n'avait pas abandonné son idée. Il ouvrit donc une forge clandestine dans les bas fonds, où il gagnait peu d'argent mais il faisait ce qu'il avait envie, et ça c'était bien pour lui. Mais du coup il vivait comme un clodo aussi, et c'est de là que viennent ses mains toutes crades, car elles n'avaient été que rarement lavées auparavant.

La chose qui le fit devenir aventurier est la destruction de la plupart de ses acquis (enclume qu'il avait si durement piquée et autres outils spéciaux), ne laissant que les trucs pourraves. C'étaient des bandits qui avaient entendu dire qu'il était là, et qu'il gênait les activités d'un autre clandestin, lui piquant toute sa clientèle. Ce fut vite réglé... Du coup, il est parti à l'aventure, se faire un petit pactole et une autre expérience qui est celle de l'artisan itinérant, pour pouvoir revenir à Glargh, mais dans une belle boutique cette fois. Et ensuite, payer des ninjas, comme font les grands hommes, pour retrouver ceux qui l'avaient autrefois délesté de ses biens...
Hikorzik
Hikorzik
Aventurier

Date d'inscription : 16/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum