Naheulbeuk Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Zirrvhen l'exilé

Aller en bas

Zirrvhen l'exilé Empty Zirrvhen l'exilé

Message par iZod le Mar 23 Juin 2015, 20:07

Fiches:

http://favay.be/birdibeuk/index.php?ctrl=voirFicheAventurier&aventurier=58

Spécifités : Physique particulièrement androgyne, et traits elfiques discrets.
Ne peut se rendre à Waldorg sans subterfuge pour cacher son identité sous peine de se faire arrêter par les gardes.

Background:
 L'action se déroule dans une auberge située dans un petit village isolé. Un aventurier lambda et une silhouette frêle et encapuchonnée sont attablés autour d'une choppe de bière, isolés, sous la douce lumière tamisée de bougies. Un léger brouhaha demeure dans l'établissement, et nos deux hommes ont une conversation. Le plus mystérieux prend la parole :


« Alors comme ça, tu veux savoir pourquoi je me suis exilé de Waldorg ? Bon, bon, bon .. Laisse moi donc te conter une histoire : Il y a de cela.. Disons.. Une vingtaine d'années, une femme, jeune et modeste, vivait à Waldorg. Elle avait très peu d'argent, et habitait dans une maison quelque peu vétuste à la frontière du quartier pauvremais elle était belle, très belle. Un peu comme ce charme insoupçonné que l'on se surprend à rencontrer chez de jeunes paysannes, vois-tu ? »
Son interlocuteur acquiesce tandis que le conteur saisit sa choppe et avale une gorgée de bière.
« Belle.. Trop belle.. Si belle qu'un jour, un Haut Elfe, venu du quartier riche, un endroit si fermé qu'il possède des gardes parmi les plus redoutables et intransigeants de la terre de Fang, la croisa, et fut frappé par sa beauté. Il se mit à la suivre discrètement, tel un voleur, jusqu'à chez elle. Rapidement, il la charma, et ils se fréquentèrent quelques jours, durant lesquels il lui offrit des vêtements brodés de soie, des bijoux d'une valeur inestimables, et autres coquetteries que bien des gens n'oseraient même pas miroiter, puis finirent par passer une nuit au lit. Finirent est le terme correct, car au petit jour il avait disparu, et elle ne le revît plus. Mais plus que de l'abandonner, cet odieux personnage, là d'où je viens on appelle ça plus communément un immonde fils de p***, l'a mise enceinte. »
A ce moment là, il s'arrête et retire sa capuche, laissant apparaître ses traits délicats, sa longue chevelure blonde et lisse attachée et queue de cheval, et ses oreilles, trop pointues pour être humaines, trop courtes pour être celles d'un elfe.
« Tu es son fils ?! s'exclame l'aventurier.
- Oui. Je suis un demi elfe, un bâtard.
- Et c'est pour ça que tu es parti ?
- Non, bien que la plupart des gens là bas me rejettent à cause de mon sang impur, j'ai appris à vivre seul depuis mon plus jeune âge, et je ne me leurre pas, la situation est très probablement la même partout ailleurs.
- Tu as du avoir une enfance difficile, non ?
- Je t'interdis de t'apitoyer sur mon sort, là n'est pas le sujet, mais regarde plutôt. »
Avant que l'aventurier ne puisse rétorquer, il approche sa main de la flamme chancelante de la bougie qui trône sur son bougeoir, quand soudain elle s'amplifie, et s'arrache à la mèche pour venir se loger au creux de la paume de la main du demi elfe. Après une poignée de secondes il la relâche et la laisse paisiblement retourner à son origine avant de reprendre :
« Pour en revenir à notre histoire, ma mère a rapidement décelé chez moi des prédispositions à la magie, très sûrement héritées d'un certain ramassis d'ordures. Elle a alors consacré sa toute sa vie a me permettre de faire des études. Elle a trouvé un travail dans un bar plutôt peu fréquentable pendant les deux tiers de son temps et rentrait à la maison seulement pour dormir, et elle a aussi revendu la totalité des cadeaux que lui avait fait mon père. Grâce à ses sacrifices, j'ai pu rentrer au Collège de Magie Non Dangereuse, puis à l'Université Spécialisée de Haute Magie Élémentaire de Waldorg l'année dernière. Je ne pourrai plus y retourner désormais.. J'ai gâché tout le travail de Maman..
Alors qu'il prononce ces mots, son visage se tord sous les coups de la tristesse, et une larme commence à germer dans son œil mais il l'essuie dans la foulée et se ressaisit.
« Il s'avère qu'un soir, il était revenu. Je rentrais à la maison quand je l’aperçus faisant son beau parleur, avec sa sale gueule de puissant, tandis que maman que Maman lui adressait tous le reproches qu'elle était en droit de lui faire. Je me cachais discrètement derrière derrière la porte alors que ton montait. C'était la première fois que je le voyais, mais depuis tout petit, je lui cultivait un haine sans pareille, et elle venait de se concrétiser. Chacune de ses répliques arrogantes faisait bouillir mon sang un peu plus, jusqu'au moment où il leva son bras pour frapper Maman , et puis.. »


Le conteur se saisit de sa choppe, avale de nouveau une gorgée de bière, peut être tant pour noyer ses souvenirs que pour cultiver la théâtralité de son récit et l'intérêt de son auditoire, qui impatient devant l'elfe se tenant immobile et silencieux après reposé sa choppe, le relance :
« Et puis quoi ? Que s'est il passé ensuite ?! reprend l'aventurier.
- Et puis je l'ai tué. J'ai dégainé ma dague, et je l'ai plantée brutalement dans sa gorge. Il est tombé à genoux avant même de comprendre ce qui se passait. Puis il se mit à hurler terriblement fort, pour appeler à l'aide. Alors j'ai fini de lui trancher la gorge, et la voix avec, et je me suis permis de l'informer que sa mort prématurée était le fruit de sa propre œuvre. Malheureusement ses cris avaient sûrement alertés les gardes, et nous ne pouvions pas rester là si nous ne voulions pas finir condamnés à mort au petit matin. Alors nous avons abandonnés tout ce que nous possédions, emportant le strict minimum, et fuyant notre ville, non sans larmes. Maman a refait sa vie dans un petit village où elle a été recueillie par un vieux couple qui la loge et la nourrisse, quant à moi, j'ai décidé de partir à l'aventure, pour devenir un grand mage, comme maman l'aurait voulu, et je rêve qu'un jour, je serai suffisamment puissant pour instaurer une vraie justice, et que les crimes des puissants ne restent pas impunis.. Tiens, ça me fait penser à un livre, je ne sais pas si tu as déjà entendu parler de « Amérique 2015 », ça se passe dans un univers fictif, où il y a un peuple à la peau noire qui vit parmi les autres, et on a le droit de les tuer sans rétribution, rien que ça !
- Ça doit se passer super loin dans le passé, ce serait impensable aujourd'hui !
- Ouais, je pense aussi, parce qu'ils ont pas encore découvert la magie ! »
Et c'est ainsi, qu'ils retournèrent à leurs discutions et à leurs bières dans de francs éclats de
rire, puis que l'aventurier se mit à vomir allègrement sur la poitrine de la serveuse tandis que le Magicien ivre mort hallucinait et se débattait pour s'extraire des bras des deux hommes qui l'empêchaient fermement d'aller bastoner avec le mur.
iZod
iZod
Aventurier

Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum